Godzilla

Il est de retour !

godzilla-2014-banniere

A l’occasion de la sortie de son nouveau trailer, penchons-nous sur Gojira aka Godzilla l’un des monstres les plus mythiques du cinéma. Et oui,  il va être de retour sur nos écrans le 14 mai prochain  dans un nouvel opus américain, qui espérons-le sera bien supérieur à son médiocre prédécesseur de 98. Revenons donc aux origines Marty ! Direction le Japon, Année 1954, nom de Zeus et enclenche la K7 audio !

Car oui, avant de parler de l’origine de notre Kaiju préféré, il est bon de se replacer dans le contexte historique. 1954 on est donc 9 ans après les bombardements atomiques d’Hiroshima et Nagasaki, le Japon se relève de la guerre et une nouvelle affaire de contamination nucléaire secoue l’archipel. 1er mars 1954 les USA réalisent un essai nucléaire dans l’Atoll Bikini, nom de code Castle Bravo. A 65km de la zone de sécurité vogue le Daigo Fukuryū Maru ( le Dragon chanceux N°5 ), bateau de pêche de 24 membres d’équipage qui va subir les retombées  de l’explosion nucléaire sous-estimée durant trois heures.  Cet accident sera à l’origine de frictions entre les gouvernements japonais et américain, et c’est dans ce contexte que 6 mois plus tard, le 3 Novembre 1954, sort Godzilla.

Le film s’ouvre avec une allusion directe au Daigo Fukuryū Maru et son accident: un bateau de pêche, au loin un flash d’explosion nucléaire, le réveil de Godzilla et le bateau détruit par son souffle radioactif. Ainsi Godzilla ne sera pas qu’un film de monstre géant piétinant une maquette de ville. Non, c’est la transcription cinématographique de cette peur du nucléaire et de ce traumatisme post-bombardement atomique.

Mais pourquoi parler de Godzilla sur le blog d’Atome Hôtel me direz-vous. Bon, on pourrait vous dire de relire les paragraphes au-dessus si on était mesquins, mais outre le fait que on aime beaucoup ce genre de film, on vous en parle car le 9 Avril nous allons rencontrer Roland Lehoucq à l’occasion de sa conférence sur la Science-Fiction à l’Agora des Savoirs de Montpellier ! Vous pourrez donc bientôt voir son interview sur le blog et on peut d’ors et déjà vous dire que ses atomes préférés sont le carbone, le fer et l’hydrogène ! Il nous expliquera pourquoi lors de notre rencontre. Et la vous nous dites : quel rapport entre Roland Lehoucq et Godzilla…? C’est tout simple, dans son ouvrage SF : la science mène l’enquête, on trouve un chapitre : Faut-il avoir peur de Godzilla ?  dont nous avons résumée l’idée générale:

1er obstacle : La taille compte (slogan de Godzilla 98)

Alors, il est grand, c’est un fait, comme tous les monstres… Mais, physiquement et biologiquement parlant, cela est-il possible ?

Comme vous vous en doutez, les os peuvent supporter un certain poids avant de craquer. Or plus l’animal est grand, plus il est lourd. Alors certes, la taille et la résistance des os augmentent aussi… Mais pas selon les mêmes proportions que le reste. Après quelques savants calculs qu’on vous épargne, la taille limite d’un animal terrestre avoisine les 30mètres. Cette taille semble correspondre à celle du Godzilla de certaines adaptations, mais c’est mort pour les versions qui lui font faire 100m !

2ème obstacle : « ah que la terre est basse » ou la résistance crânienne

Première version de 1954

Première version de Godzilla en 1954

Pensez à votre postérieur s’avachissant lourdement sur le sol qui semble alors bien bas, alors que vous ne faites, statistiquement parlant, qu’entre 1m60 et 1m80… Alors imaginez lorsque l’on fait 30mètres de haut ! Il faut en effet que les os et organes résistent à une chute si importante ; et notamment la boite crânienne ! Cela est bien beau de faire 30 mètres, mais il semblerait donc que notre cher Godzilla ne puisse tomber qu’une fois, au risque de ne pouvoir se relever dû à un traumatisme crânien.

3ème obstacle : Cours petit Godzilla… si tu peux m’attraper !

Eh oui, contrairement à ce que montrent les films sur Godzilla, ce dernier est loin d’être aussi rapide qu’un guépard. Les scientifiques peuvent calculer cette vitesse de déplacement à partir de la longueur de foulée de l’animal et de sa taille.

Ainsi, Godzilla s’approcherait plus de la vitesse d’un homme… ce qui, vu sa taille fait doucement rire !

 

 

Et pour conclure, d’après le Zodiac du Geek, on est Daikaiju ce qui  correspond à Godzilla…

Et vous, quel est votre signe astrologique de Geek? ;p

Kryptozoïde et Merculie

geek-zodiak-full

Krytozoïde et Merculie

Une réflexion sur “Godzilla

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s