Le Feu et le Fer

« Le garçon admirait ce métal rougeoyant, mais il trouvait encore plus beau de regarder les ouvriers qui, avec souplesse et agilité, saisissaient les serpents entre leurs pinces et les forçaient à passer sous les cylindres. Ils maniaient le fer chuintant comme s’il s’était agi d’un jeu. « Voilà un vrai travail d’homme ! » se dit le garçon.

L’ours le laissa aussi regarder dans la fonderie et dans la forge à barres, et le garçon fut à chaque fois émerveillé de voir les forgerons manier ainsi le feu et le fer. « Ces hommes n’ont aucune peur de la chaleur et des flammes », pensa-t-il. Ils étaient noirs et couverts de suie, on aurait dit une sorte de peuple du feu qui, de ce fait, savait plier et former le métal à sa guise. Non, des hommes ordinaires n’auraient pu posséder un tel pouvoir. » nils_holgersson

–       Selma Lagerlöf, Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède, Le livre de poche, 1991.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s