La puce de Silicium

 

000983926Cyborg s’arrêta longtemps devant cette frontière : comment lier l’organique à l’électronique, le carbone au
silicium ? Le cerveau est un milieu aqueux ou humide dont la communication fonctionne par la circulation d’ions ; la puce de silicium est un domaine régi par une circulation électronique. Entre les deux systèmes, il n’y a pas de véritable communication ou de câblage réel possible. On pourrait donc au mieux mettre en contact en ne les séparant que par une très fine couche, pour permettre à la puce de mesurer l’activité électrique de la cellule, d’épier ce qui se passe, ses transistors captant des signaux.

Thierry Hoquet, Cyborg philosophie : penser contre les dualismes, Seuil, 2011.

Une réflexion sur “La puce de Silicium

  1. Pingback: La puce de Silicium | C@fé des Sciences ...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s