L’ATOMIK MANIA !

bandeau_AtomoikMania

Les premiers atomes dessinés par Loguy de Bot42 commencent à s’installer dans leur chambres de l’Atome Hotel.

Les 40 premiers atomes seront bientôt prêts à vous livrer leurs secrets. Dans l’attente du lancement du webdocumentaire, vous pourrez découvrir leur frimousse chaque semaine avec le lancement de l’Atomik Mania.

Le concept est simple, un duel entre deux atomes vous sera proposé chaque jeudi à 14h sur la page facebook de Dmitri. Vous aurez jusqu’au Lundi matin pour soutenir l’atome de votre choix en commentant le post du duel.

L’Atome qui récoltera le plus de commentaires gagnera son duel. Après 20 premiers duels et des phases finales épiques, il ne pourra en rester qu’un !

Pour l’internautateur ou internautatrice qui aura soutenu(e) les Atomes depuis le plus longtemps, aura la magnifique surprise de gagner un cadeau que vous choisirez très bientôt.

Alors à vous de jouer et partager pour défendre l’atome de votre coeur.

Vers les duels Facebook…

Duel #1 – Le 18/06/2015  Lithium VS Phosphore : 5-3

PhosphoreVSLithium

Duel #2 – Le 25/06/2015 Silicium VS Beryllium : 11-5

SilciumVSBeryllium2

Duel #3 – Le 02/07/2015 Nickel VS Argent : 8-7

NickelVSArgent

 

 

 

Duel #4 – Le 09/07/2015 Xenon VS Hélium : 3-2

Neon_Helium-Duel

 

 

 

Duel #5 – Le 16/07/2015 Xenon VS Hélium : 3-2

Titane_Fer

Duel #6 – Le 23/07/2015 Arsenic VS Calcium : 4-3

Arsenic_calcium

Les atomes font leur chauds

visu-faites-Science

Dmitri a donné de sa personne lors de la finale nationale de Faites de la Science, le 29 mai dernier. Avec l’aide de deux doctorants armés de blouses et de mini lance-flammes, cette joyeuse bande explore le monde des atomes, de la lumière et des couleurs sous les yeux du public de l’Université de Montpellier. Pour les 10 ans du festival, nous vous avons concocté un petit florilège d’expériences que je vous invite à découvrir en musique en cliquant sur l’image ci-dessus.

Я назад ! Retour de roadtrip…

Dimitri-Short2

Je dépoussière mon bureau et ré-enclenche mon disjoncteur. L’Atome Hotel frissonne doucement sous l’afflux des électrons. Ses circuits vibrent d’étages en étages pour mon plus grand réconfort. Après une si longue absence, je n’étais pas sûr de retrouver mon domaine en si bon état. J’y vois plus clair et l’envie de me mettre au travail bouillonne déjà en moi. Ce voyage en Europe m’a donné une seconde jeunesse.

Avec l’équipe qui m’accompagne, nous avons croisé en février dernier Théodore Gray dans son laboratoire londonien où il élabore des expériences et autres explosions filmées en slow motion pour leur prochain ouvrage «Reactions». Nous avons assisté à la mise en place d’un tableau périodique interactif dans le prestigieux collège de Cheltenham.

Tournage_Londres

Nous nous sommes rendus ensuite à Genève pour découvrir le spectr-o-matic dans l’enceinte du Chimiscope. Le spectr-o-matic révèle l’empreinte digitale spécifique à chaque atome que l’on appelle spectre de raies. L‘emplacement et la couleur de ces raies est absolument unique. Comme cette technique est relativement simple à mettre en place, elle permit de détecter la présence de nombreux nouveaux atomes au cours de l’histoire des sciences.

P12601600

Fermi et la première pile atomique

On fête aujourd’hui, à 15h25 précises je vous prie, l’anniversaire de la pile atomique du physicien Enrico Fermi. Si le 2 décembre 1942 n’est pas la date de son invention, c’est celle de son premier fonctionnement victorieux.

pile_fermiLa Chicago pile 1

Une pile est un appareil qui transforme l’énergie chimique d’une réaction (chimique donc) en énergie électrique. Une pile atomique transforme, elle, l’énergie des atomes. Ça n’a pas l’air bien dangereux ? C’est aujourd’hui appelé un réacteur nucléaire, et c’est ce qui servit de base à la fabrication de la bombe atomique.

Fermi et compagnie ont expérimentés ce qui sera appelé la Chicago-pile 1 au cœur de cette ville, dans une salle de jeu de raquette abandonnée, sous les gradins d’un stade de foot de l’université. Cette pile fonctionne grâce à l’énergie dégagée par la fission d’atomes. Phénomène lors duquel le noyau d’un atome lourd, un gros noyau qui contient beaucoup de neutrons et de protons, se divise en plusieurs noyaux plus légers en émettant un (ou plusieurs) neutrons et une forte énergie. Energie, le mot magique ! Il s’agissait donc de provoquer cette réaction, en chaîne, et d’en récupérer l’énergie dégagée.

Enrico Fermi pensait avoir trouvé comment fissionner de l’uranium en chaîne. Ce qui dégage une forte chaleur. Pour éviter un échauffement trop important, il faut un « stoppeur de neutrons ». Dans le jargon on appel ça un modérateur. Fermi and co ont utilisé du graphite, un minéral de carbone. Leur pile était donc ainsi constituée : un  « coeur » où une réaction en chaîne de fission d’uranium avait lieu et un dispositif de modération. C’était une grande structure en bois qui supportait une pile de bloc de graphite et des briquettes d’oxyde d’uranium. D’une sorte de balcon, les chercheurs pilotaient la pile. Le système était automatisé, mais ils pouvaient stopper la réaction en faisant glisser dans le cœur des barres de graphite. Une grosse barre de sécurité avait été ajouté ; elle était encordée et suspendue au dessus du puits. En cas de défaillance du système, un physicien armé d’une hache pouvait intervenir. Ouf ! Ils pensent à tout ces scientifiques. Tout, sauf aux écrans de protection. Bon, on leur accorde tout de même quelques jours pour expérimenter en irradiant les riverains.

Stade-FermiLes gradins du stade de football américain, leur planque pour oeuvrer

 L’équipe ainsi préparée, démarre sereinement l’expérience dans la matinée. Georges Weil sorti la barre de contrôle du cœur de la pile, et Fermi calculait à tout allure. Ses calculs montraient que l’activité neutronique croissait, se stabilisait puis, automatiquement, les barres de graphite modéraient l’expérience. Tout se déroulait comme prévu, à merveille ! Car si les barres stoppaient la réaction avant même qu’elle aie vraiment pris de l’ampleur, c’est que nos chercheurs avaient établis, par prudence, un niveau d’alerte trop bas. Loin de s’emballer, Fermi réagit peu : « Allons déjeuner » dit-il. Et l’expérience repris quelques heures plus tard.

Georges Weil sorti de nouveau la barre de contrôle, la fission pouvait (re)commencer. Avec un seuil d’alerte augmenté, on laissa la réaction avancer d’elle-même un peu plus longtemps. Les physiciens suivaient attentivement des yeux la courbe que leur donnait le stylo encreur sur le tambour de papier… Se rongeant les ongles jusqu’au sang, ils découvrirent peu à peu une courbe horizontale, sans palier. Pendant 28 minutes, la réaction en chaîne a bien eu lieu ! Dégageant pas moins de…1/2 Watt. 24000 fois plus et ils auraient pu se faire griller un toast. Mais qu’importe, pour la première fois l’Homme avait libéré de l’énergie des atomes, et « allumer un soleil » diront certains journalistes de l’époque. De quoi éclairer les esprits du siècle à venir…

reacteur_ChicagoLa pile vue du balcon

Question à un médiateur, le jeu radio

Question à un médiateur, un jeu radio après les Lectures atomiques à la Médiathèque Zola de Montpellier le samedi 4 octobre à 16h.

Est-ce que vous savez ce qu’est le numéro atomique ? Qui est Ernest Rutherford ? Comment ça marche le nucléaire ? L’équipe d’Atome Hôtel fera son maximum pour vous répondre, malgré de lourdes contraintes (prendre l’accent allemand, chanter, danser, mimer) lors de « Question à un médiateur », un jeu radiophonique, scientifique et atomique ! Où vous êtes invités !
Deux équipes de médiateurs surmotivés auront un minimum de temps pour expliquer simplement des sujets compliqués.
En trois manches, l’équipe qui accumule le plus de points gagne. L’équipe de Nicolas et Sarah affrontera celle de Pierre et Léa. Nicolas et Pierre sont nos scientifiques, l’un à la tête dans les étoiles tandis que l’autre regarde les plus petites de nos particules. Léa et Sarah, nos deux médiatrices ont fait de la vulgarisation leur métier. Mais qui sait le mieux  parler de science ?

Mais ce n’est pas tout ! Nous VOUS invitons à participer à ce jeu et à taquiner nos médiateurs. Posez vos questions même les plus dures le 4 octobre à la médiathèque Emile Zola à 16h ! Bien installé sur un pouf, ce sera à vous de les départager.

Quoi, vous ne pouvez pas venir ? Ce n’est pas grave, nous avons la solution ! Radio Campus Montpellier retransmettra en différé l’émission sur le 102.2 et l’émission sera en podcast pour pouvoir l’écouter 24h/24, 7j/7 dans votre jacuzzi comme dans une centrale nucléaire.

Pour s’amuser en écoutant de la science, nous vous conseillons donc la recette de la rentrée, Question à un médiateur, le jeu scientifique et humoristique d’Atome Hôtel !

GUI-internetLe jeu est animé par un joyeux bout-en-train, Guillaume Bagnolini. A l’écoute de Stimuli,  l’émission scientifique de Radio Campus Montpellier, vous connaissez déjà sa voix !

logo_QAUM

SARAH-internet

Sarah, une des médiatrices qui relève le défi !

Dessins de Romain Bouchet

Godzilla

Il est de retour !

godzilla-2014-banniere

A l’occasion de la sortie de son nouveau trailer, penchons-nous sur Gojira aka Godzilla l’un des monstres les plus mythiques du cinéma. Et oui,  il va être de retour sur nos écrans le 14 mai prochain  dans un nouvel opus américain, qui espérons-le sera bien supérieur à son médiocre prédécesseur de 98. Revenons donc aux origines Marty ! Direction le Japon, Année 1954, nom de Zeus et enclenche la K7 audio !

Car oui, avant de parler de l’origine de notre Kaiju préféré, il est bon de se replacer dans le contexte historique. 1954 on est donc 9 ans après les bombardements atomiques d’Hiroshima et Nagasaki, le Japon se relève de la guerre et une nouvelle affaire de contamination nucléaire secoue l’archipel. 1er mars 1954 les USA réalisent un essai nucléaire dans l’Atoll Bikini, nom de code Castle Bravo. A 65km de la zone de sécurité vogue le Daigo Fukuryū Maru ( le Dragon chanceux N°5 ), bateau de pêche de 24 membres d’équipage qui va subir les retombées  de l’explosion nucléaire sous-estimée durant trois heures.  Cet accident sera à l’origine de frictions entre les gouvernements japonais et américain, et c’est dans ce contexte que 6 mois plus tard, le 3 Novembre 1954, sort Godzilla.

Le film s’ouvre avec une allusion directe au Daigo Fukuryū Maru et son accident: un bateau de pêche, au loin un flash d’explosion nucléaire, le réveil de Godzilla et le bateau détruit par son souffle radioactif. Ainsi Godzilla ne sera pas qu’un film de monstre géant piétinant une maquette de ville. Non, c’est la transcription cinématographique de cette peur du nucléaire et de ce traumatisme post-bombardement atomique.

Mais pourquoi parler de Godzilla sur le blog d’Atome Hôtel me direz-vous. Bon, on pourrait vous dire de relire les paragraphes au-dessus si on était mesquins, mais outre le fait que on aime beaucoup ce genre de film, on vous en parle car le 9 Avril nous allons rencontrer Roland Lehoucq à l’occasion de sa conférence sur la Science-Fiction à l’Agora des Savoirs de Montpellier ! Vous pourrez donc bientôt voir son interview sur le blog et on peut d’ors et déjà vous dire que ses atomes préférés sont le carbone, le fer et l’hydrogène ! Il nous expliquera pourquoi lors de notre rencontre. Et la vous nous dites : quel rapport entre Roland Lehoucq et Godzilla…? C’est tout simple, dans son ouvrage SF : la science mène l’enquête, on trouve un chapitre : Faut-il avoir peur de Godzilla ?  dont nous avons résumée l’idée générale:

1er obstacle : La taille compte (slogan de Godzilla 98)

Alors, il est grand, c’est un fait, comme tous les monstres… Mais, physiquement et biologiquement parlant, cela est-il possible ?

Comme vous vous en doutez, les os peuvent supporter un certain poids avant de craquer. Or plus l’animal est grand, plus il est lourd. Alors certes, la taille et la résistance des os augmentent aussi… Mais pas selon les mêmes proportions que le reste. Après quelques savants calculs qu’on vous épargne, la taille limite d’un animal terrestre avoisine les 30mètres. Cette taille semble correspondre à celle du Godzilla de certaines adaptations, mais c’est mort pour les versions qui lui font faire 100m !

2ème obstacle : « ah que la terre est basse » ou la résistance crânienne

Première version de 1954

Première version de Godzilla en 1954

Pensez à votre postérieur s’avachissant lourdement sur le sol qui semble alors bien bas, alors que vous ne faites, statistiquement parlant, qu’entre 1m60 et 1m80… Alors imaginez lorsque l’on fait 30mètres de haut ! Il faut en effet que les os et organes résistent à une chute si importante ; et notamment la boite crânienne ! Cela est bien beau de faire 30 mètres, mais il semblerait donc que notre cher Godzilla ne puisse tomber qu’une fois, au risque de ne pouvoir se relever dû à un traumatisme crânien.

3ème obstacle : Cours petit Godzilla… si tu peux m’attraper !

Eh oui, contrairement à ce que montrent les films sur Godzilla, ce dernier est loin d’être aussi rapide qu’un guépard. Les scientifiques peuvent calculer cette vitesse de déplacement à partir de la longueur de foulée de l’animal et de sa taille.

Ainsi, Godzilla s’approcherait plus de la vitesse d’un homme… ce qui, vu sa taille fait doucement rire !

 

 

Et pour conclure, d’après le Zodiac du Geek, on est Daikaiju ce qui  correspond à Godzilla…

Et vous, quel est votre signe astrologique de Geek? ;p

Kryptozoïde et Merculie

geek-zodiak-full

Krytozoïde et Merculie

Des Miss quichissimes

Je préviens, cet article n’a rien, mais absolument rien de scientifique… C’est juste un autre exemple de l’utilisation de la science par les industriels et publicitaires. Et surtout, c’est très drôle!

miss russie

Dans la longue liste des concours de miss (France, Univers, forte, chirurgie esthétique, mini miss… ) s’ajoute la Miss Atom du concours de « beauté nucléaire » !! C’est de loin ma ‘préférée’ !

Alors, je vous explique : c’est un concours russe mis en place par une entreprise de nucléaire pour améliorer son image et montrer qu’elle emploie des personnes ordinaires dont – comme c’est commode – de jolies femmes !

Le concours est donc ouvert aux femmes travaillant dans le nucléaire entre 18 et 35 ans. Par ce que tout le monde le sait, si c’est un canon qui le présente, ça passe tout de suite beaucoup mieux… Comme lorsque miss météo vous dit que l’on va avoir un temps tout pourri !Miss nucléaire 2009

Et n’oubliez pas les prix des gagnantes ! La première miss aura un manteau de vison (prend tout son sens en Russie. Mais pas franchement écolo… Pour une entreprise de nucléaire qui veut redorer son image de marque, il y a mieux… ), la deuxième obtiendra une parure de bijoux en or et diamants, la troisième se contentera d’une montre suisse.

Je crois que l’on touche le fond là…

Mister Nuclear!!

Du coup, je ne vois pas pourquoi on ne ferait pas un concours Mister Nuclear ! Oh je vois déjà le tableau… On les ferait poser dans la neige avec des maillots de bain en peau de caribou et une chapka. Ah oui et avec une bouteille de vodka, pour le patriotisme ! Dans les critères ils devraient faire minimum 1m95 et 80kg de muscle, naturellement !

En pour les gains… Le premier aurait une moto neige, le deuxième un manteau en peau de phoque et le troisième un magnum de Vodka !

Voici leurs archives. Bon, c’est écrit en russe mais les images sont assez… parlantes ! http://archive.is/bpoBq