la Crypte de Kryptozoïde : les Metal Men part.1

metlamen62012012

Les 60’s : les hippies, la drogue, le psychédélisme, les Beatles, l’amour libre, Woodstock et les Metal Men… oui j’en conviens, Metal Men ça fait pas rêver, mais ç’aurait pu être pire,  j’aurais pu citer Nixon. Mais qui sont donc ces fameux Metal Men ? Eh bien c’est une équipe de super-héros sortis de l’imagination du scénariste Robert Kanigher  et du dessinateur Ross Andru pour le compte de DC Comics, en 1962. Robert Kanigher est connu pour avoir co-créé Sgt. Rock avec le dessinateur Andy Kubert, mais davantage pour son script qui introduit Barry Allen comme le nouveau Flash, considéré comme le scénario fondateur du Silver Age des Comics Book. Oui Lecteur/trice, car si tu ne le savais pas, les comics sont classés en 4 âges : Gold, Silver, Bronze et Modern. Je profite d’ailleurs lâchement de parler d’or, d’argent et de bronze pour rebondir sur les Metal Men, car il serait de bon ton de vous présenter un brin cet univers, dans la mesure où je sais que vous en mourez d’envie.

Doc Magnus, Génie scientifique, a découvert que l’on faisait fausse route sur l’intelligence artificielle et que les choses qui nous entourent sont intelligentes ; ainsi, les traits de personnalités des individus pourraient trahir la présence de certains métaux dans leur organisme. De cette découverte découle une innovation : le Responsometer, un micro-ordinateur de la taille d’une puce électronique. Si on le place dans un volume donné de pur métal, le Responsometer peut l’animer et développe un cerveau artificiel autonome.  Doc Magnus va ensuite se servir de cette invention pour créer une équipe de robots vivants (« roulements de tambour ») : les Meeeetaaaaaaaal Meeeeeen ! Chaque Responsometer réagit en fonction du métal avec lequel il est couplé. De la sorte, tous les Metal Men vont posséder des pouvoirs et des personnalités différents. Et ce n’est pas tout : le Responsometer enregistre la personnalité et la mémoire du robot, ce qui est super pratique en cas de destruction, car il suffit de télécharger ces données dans un nouveau Responsometer et de l’implanter dans un corps de robot tout beau tout neuf.

Mais passons plutôt aux présentations.

On trouve ainsi : METAL MEN GOLD

Or (Gold)
C’est le plus intelligent et bien entendu le leader des Metal Men. Or est calme et méthodique, c’est un peu le Hannibal Smith des Metal Men. Il sait exploiter au maximum les capacités de chaque membre du groupe pour réaliser des plans sans accroc. C’est lui qui restaure la paix entre la colérique Platine et le fantasque Mercure (oserai-je la comparaison Barracuda-Looping… ?). Or se présente ainsi : « Je suis Or, symbole Au pour Aurum, mon numéro atomique est le 79, ma masse atomique est 197,2. Je fonds à 1063 C°. Une once d’or peut être étirée en un fil long de 80 km ou martelé en une feuille d’une épaisseur de 4 millionièmes de pouces. » Ça fait rêver hein ?

Atome Fact :
Symbole : Au – point de fusion : 1 064 °C
L’or n’interagit pas avec la plupart des substances chimiques, mais la fluorine, la chlorine, l’eau régale (ou eau royale) et le cyanure l’attaquent, voire le dissolvent.
L’or s’amalgame avec le mercure (orpaillage).
L’or ne peut être dissous par l’acide nitrique. Ce dernier a longtemps été utilisé pour confirmer la présence d’or dans des objets (bijoux, etc.).
L’or est un très bon conducteur de la chaleur et de l’électricité.
L’or peut être transformé en fil, puis brodé.
L’or produit un rouge profond et intense lorsqu’il est utilisé comme colorant pour le verre.
L’or occupe des fonctions cruciales dans les ordinateurs, les communications, les vaisseaux spatiaux, les moteurs d’avions à réaction, la liste est longue… Le fait qu’il soit antioxydant a conduit à son utilisation sous forme de fine couche de revêtement pour les connecteurs électriques, pour assurer de meilleures connections (préférez donc des écouteurs en jack or pour votre walkman).
Des alliages d’or sont utilisés en dentisterie réparatrice, notamment lors de la restauration de dents.

METAL MEN PLATINE

Platine ou Tina, est la seule femme des Metal Men. Elle a un responsometer défectueux qui la fait se comporter comme un vrai humain et pense d’ailleurs qu’elle est une vrai femme malgré, le fait qu’elle s’étire comme son élément.  Elle est amoureuse du docteur Magnus. Très fougueuse et impétueuse, elle se met en colère à chaque fois que le Doc a un rendez-vous et se fera un malin plaisir d’essayer de le séparer de sa « date » pour obtenir à nouveau son attention. Oui, bon, je suis d’accord avec vous, c’est über caricatural et sexiste. J’allais vous dire : on est en 1962, mais même à notre époque ça n’a guère évolué. Revenons donc à cette chère Platine. Du fait de son tempérament explosif et de celui de Mercure, nos deux compères vont donc souvent au clash, mais heureusement, comme je l’ai dit plus haut pour ceux qui suivent pas, Or est là pour tout arranger… Il a dû être boy-scout (atomique ?) dans une autre vie…

Atome Fact :  Symbole : Pt  – point de fusion : 1 768,2 °C
Le platine est plus précieux que l’or. Sa résistance à l’usure et au ternissement en font un métal bien adapté pour la fabrication de la joaillerie.
Le platine pèse deux fois plus que l’or. C’est un des métaux nobles et on le trouve souvent  associé à certains minerais comme le cuivre et le nickel, mais plus rarement pur lors de son extraction.
On le trouve dans les pots catalytiques sur les véhicules, où il fait office de catalyseur.
Dans la fabrication de fausses dents en alliage or-platine.
Le platine est utilisé dans la photographie : la platinotypie est un processus de tirage photographique breveté par William Willis en 1873.
Les qualités du platine en font l’une des huit matières premières stratégiques, indispensables en temps de guerre comme en temps de  paix.

METAL MEN FER

Fer (Iron), le Mister Universe du groupe ! Sa devise : « Si vous voulez qu’une chose soit faite, demandez-moi ! » Il se combine avec  Plomb pour former un binôme étroitement soudé dans les épreuves. Sans peur et courageux, Fer ne craint pas de se sacrifier pour le bien commun, et de revenir d’entre les morts pour l’épisode d’après. Oui, Ami(e) rôliste qui nous lis, Fer est un Paladin Loyal Co…  Bon ! À moitié, car il ne s’implique absolument pas dans les conflits internes aux groupes, lui est juste là pour « fighter » du « bad guy ».

Atome Fact :  Symbole : Fe  – point de fusion : 1 538 °C
Le fer est le 6ème élément le plus abondant dans l’univers.
Le fer représente 35% de la masse de la Terre, ce qui en fait l’élément le plus abondant sur notre planète.
Le fer est un oligo-élément nécessaire, utilisé par tous les organismes vivant connus.
Le fer contenu dans les globules rouges permet le transport du dioxygène.
À l’inverse, une forte concentration de fer dans l’organisme est nocive comme avec une hémochromatose.
Les premiers éléments réalisés à partir du fer par les humains le furent grâce à un fer provenant de météorites ferreuses.
Malgré sa solidité, le fer s’oxyde facilement (rouille) s’il n’est pas entretenu correctement.
Que le fer soit peu cher et très résistant en fait un élément indispensable.
Le fer est l’attribut d’Héphaïstos, le dieu grec de la métallurgie et des volcans.
Les alchimistes lui donnèrent le nom du dieu romain de la guerre : Mars.

Après cette avalanche d’enseignements fulgurants, je vais laisser vos petits yeux fatigués se reposer après cette lecture sur écran et vous présenterai Étain, Mercure et Plomb dans la prochaine partie. Je vous montrerai également certains de leurs ennemis comme le « Gang des Gaz » ( prière de ne pas rire ) et aborderai la dimension éducative du comics car, oui, il y en a une !

Kryptozoïde

Donald Duck, « le chimiste le plus puissant de l’univers »

Je vous avais déjà montré que, contrairement à ce que l’on pourrait penser, Disney s’intéressait à la science.

donald the mad chemist
Je vais aujourd’hui vous parler de Donald Duck, le chimiste fou !

C’est le titre d’une histoire de Donald parue en 1944. Dans ce récit, notre protagoniste reçoit un broc d’eau sur la tête alors qu’il joue au chimiste avec ces neveux (riri, fifi et loulou). Il devient alors un génie de la chimie !

Donald et la Duckmite

 

Il pense qu’en mélangeant du CH2 et du NH4 à chaud il va créer du nitrogène ; c’est à dire de l’azote. A la fin, il réalise un explosif surpuissant qu’il appelle Donaldyte (Duckmite en VO)Nitrogen

Mais l’élément le plus incroyable de cette histoire est que le CH2 n’est autre que la formule chimique du méthylène… encore inconnu en 1944 !

C’est dans les années 1960 que Joseph B. Lambert, chercheur California Institute of Technology, a réellement découvert le méthylène. Il a même écrit à Disney pour l’en informer ! Un an plus tard, une seconde lettre arrivait, leur apprenant que la réaction chimique réalisée par Donald venait d’être validée. En effet, le méthylène et l’ammonium (NH4+) réagissent ensemble.

C’est donc le « père » de Donald, Carl Barks, qui aurait découvert/inventé cette molécule le premier !

Dessinateur et scénariste, il est à l’origine de nombreux personnages de DonaldLand dont Picsou.

Scrooge

 

 

La sérendipité

Les trois princes de sérendip

Quel vilain mot… Qui pourtant définit quelque chose de fort intéressant et de souvent drôle !
D’après le dictionnaire Larousse c’est la «  Capacité, art de faire une découverte, scientifique notamment, par hasard» et initialement le terme été décrit par une « sagacité accidentelle ».
C’est donc des découvertes improbables arrivées par hasard.

L’histoire foisonne de découvertes ainsi faites, mais je vous en ai sélectionné quelques unes…

Des algues explosives

vapeurs d'iodeOù trouve–t-on de l’iode sur Terre ? Dans un bon plateau de fruits de mers…[1] donc dans la mer ou l’océan ! Et c’est là qu’il fut découvert pour la première fois en 1811 par Bernard Courtois, et plus précisément dans les algues.

Pourtant, celui-ci ne cherchait pas de nouvel élément chimique et ne faisait même pas de recherche… Je dirais presque au contraire, puisqu’il essayait de produire du salpêtre[2] pour la guerre de Napoléon 1er ! Il fallait en effet remplacer les cendres de bois devenues trop chères par des algues qui foisonnent sur les côtes de Bretagne. C’est en versant l’acide chlorhydrique qu’un nuage de vapeur violet apparut, se condensant en cristaux foncés sur une surface froide. De plus, cette vapeur, aussi jolie soit-elle, était très irritante. (D’où son nom grec qui veut dire ‘violet’) Surpris, le chimiste fit quelques expériences et réalisa qu’il avait probablement découvert un nouvel élément chimique.
Il ne put finir pour autant ses recherches et c’est Gay-Lussac qui nomma cet élément.

Aujourd’hui, l’iode est principalement connu pour son action sur la glande thyroïde puisqu’il participe à la formation de l’hormone thyroxine… mais ça, c’est une autre histoire !

Prochain épisode: la découverte du phosphore dans une « solution »…

[1] 0,005 à 0,04mg dans 100g de coquillages. Et il y en a plus dans les moules que dans les huitres !
[2] Correspond à du nitrate de potassium KNO3. Mélangé à du souffre et du charbon il permettait d’obtenir de la poudre à canon.

Godzilla

Il est de retour !

godzilla-2014-banniere

A l’occasion de la sortie de son nouveau trailer, penchons-nous sur Gojira aka Godzilla l’un des monstres les plus mythiques du cinéma. Et oui,  il va être de retour sur nos écrans le 14 mai prochain  dans un nouvel opus américain, qui espérons-le sera bien supérieur à son médiocre prédécesseur de 98. Revenons donc aux origines Marty ! Direction le Japon, Année 1954, nom de Zeus et enclenche la K7 audio !

Car oui, avant de parler de l’origine de notre Kaiju préféré, il est bon de se replacer dans le contexte historique. 1954 on est donc 9 ans après les bombardements atomiques d’Hiroshima et Nagasaki, le Japon se relève de la guerre et une nouvelle affaire de contamination nucléaire secoue l’archipel. 1er mars 1954 les USA réalisent un essai nucléaire dans l’Atoll Bikini, nom de code Castle Bravo. A 65km de la zone de sécurité vogue le Daigo Fukuryū Maru ( le Dragon chanceux N°5 ), bateau de pêche de 24 membres d’équipage qui va subir les retombées  de l’explosion nucléaire sous-estimée durant trois heures.  Cet accident sera à l’origine de frictions entre les gouvernements japonais et américain, et c’est dans ce contexte que 6 mois plus tard, le 3 Novembre 1954, sort Godzilla.

Le film s’ouvre avec une allusion directe au Daigo Fukuryū Maru et son accident: un bateau de pêche, au loin un flash d’explosion nucléaire, le réveil de Godzilla et le bateau détruit par son souffle radioactif. Ainsi Godzilla ne sera pas qu’un film de monstre géant piétinant une maquette de ville. Non, c’est la transcription cinématographique de cette peur du nucléaire et de ce traumatisme post-bombardement atomique.

Mais pourquoi parler de Godzilla sur le blog d’Atome Hôtel me direz-vous. Bon, on pourrait vous dire de relire les paragraphes au-dessus si on était mesquins, mais outre le fait que on aime beaucoup ce genre de film, on vous en parle car le 9 Avril nous allons rencontrer Roland Lehoucq à l’occasion de sa conférence sur la Science-Fiction à l’Agora des Savoirs de Montpellier ! Vous pourrez donc bientôt voir son interview sur le blog et on peut d’ors et déjà vous dire que ses atomes préférés sont le carbone, le fer et l’hydrogène ! Il nous expliquera pourquoi lors de notre rencontre. Et la vous nous dites : quel rapport entre Roland Lehoucq et Godzilla…? C’est tout simple, dans son ouvrage SF : la science mène l’enquête, on trouve un chapitre : Faut-il avoir peur de Godzilla ?  dont nous avons résumée l’idée générale:

1er obstacle : La taille compte (slogan de Godzilla 98)

Alors, il est grand, c’est un fait, comme tous les monstres… Mais, physiquement et biologiquement parlant, cela est-il possible ?

Comme vous vous en doutez, les os peuvent supporter un certain poids avant de craquer. Or plus l’animal est grand, plus il est lourd. Alors certes, la taille et la résistance des os augmentent aussi… Mais pas selon les mêmes proportions que le reste. Après quelques savants calculs qu’on vous épargne, la taille limite d’un animal terrestre avoisine les 30mètres. Cette taille semble correspondre à celle du Godzilla de certaines adaptations, mais c’est mort pour les versions qui lui font faire 100m !

2ème obstacle : « ah que la terre est basse » ou la résistance crânienne

Première version de 1954

Première version de Godzilla en 1954

Pensez à votre postérieur s’avachissant lourdement sur le sol qui semble alors bien bas, alors que vous ne faites, statistiquement parlant, qu’entre 1m60 et 1m80… Alors imaginez lorsque l’on fait 30mètres de haut ! Il faut en effet que les os et organes résistent à une chute si importante ; et notamment la boite crânienne ! Cela est bien beau de faire 30 mètres, mais il semblerait donc que notre cher Godzilla ne puisse tomber qu’une fois, au risque de ne pouvoir se relever dû à un traumatisme crânien.

3ème obstacle : Cours petit Godzilla… si tu peux m’attraper !

Eh oui, contrairement à ce que montrent les films sur Godzilla, ce dernier est loin d’être aussi rapide qu’un guépard. Les scientifiques peuvent calculer cette vitesse de déplacement à partir de la longueur de foulée de l’animal et de sa taille.

Ainsi, Godzilla s’approcherait plus de la vitesse d’un homme… ce qui, vu sa taille fait doucement rire !

 

 

Et pour conclure, d’après le Zodiac du Geek, on est Daikaiju ce qui  correspond à Godzilla…

Et vous, quel est votre signe astrologique de Geek? ;p

Kryptozoïde et Merculie

geek-zodiak-full

Krytozoïde et Merculie

Quand le Rap se met à la chimie…

Jusqu’à présent nous nous étions principalement intéressés à la présence de chimie dans les ouvrages de littérature…. Mais il y en a pour tout les goûts!!Nous avons déniché une chanson de rap « Chemical Calisthentics »!

Pour ceux qui, comme moi, ne comprennent rien aux paroles des rappeurs…

« Chemical Calisthentics »

[Gift of Gab]
I can do anythingNeutron, proton, mass effect, lyrical oxidation, yo irrelevant
Mass spectrograph, your electron volt, atomic energy erupting
As I get all open on betacron, gamma rays thermo cracking
Cyclotron and any and every mic
You’re on trans iridium, if you’re always uranium
Molecules, spontaneous combustion, powLaw of de-fi-nite pro-por-tion, gain-ing weight
I’m every element of brownLead, gold, tin, iron, platinum, zinc, when I rap you think
Iodine nitrate activate
Red geranium, the only difference is I transmit sound
Balance was unbalanced then you add a little talent andCareful, careful with those ingredients
They could explode and blow up if you drop then
And they hit the groundLet it flow, yo, just let it go, get back

C-O-H-O-2 wine water solution of calcium hydroxide
Slobbin it, C-A-O lime will make bleach powder
Galvanic metal beats stomp out louder
Dried ice, C-0 squared refrigerant
N-O-2 makes you laugh, it’s laughing gas used by the dentists
I nearly added acid glue, I’m like oil of a toil, the king of chemicals
And the G heat gas waved all your mats
Chemical change, ice point, melt all your raps
Atomic weight, hold shocks, when you call
Refillable gas keep going way beyond
Biotch I’m only ill with buzzin, feel the ambiance
A diabetic process outta calm your ass
After I warm your ass, I’ll give sodium, silicate N-O-2-S-1-O-3, a water glass
Borax flexure full of brimstone sulfur
Boraxic acid, hip-hop preserver
C-O-2 could never put away the fire
Style aroma is scientific; the lyrical fuse would be connected
To teach you chemical calisthenics

The Theory is that all matter is composed of at least three fundamental particles
Protons, electrons, neutrons, Protons charge is positive
By now you’ve guessed electrons are probably negatively charged
Neutrons don’t follow either, neutral, in the middle, only no apologies
Centered, unmoved by yin and yang ideology
Neutron, bomb songs, electron fury
Cosmic musical radio-activity
Different points in joints within infinity
Oxygen and hydrogen alive within all types of energy
Within all types of energy
Within all types of energy
Within all types of energy
Within all types of energy, inside a world, inside a world
Inside a universe, inside of me existing although I can’t see it

Hydrocarbon, nitrogen cycle, ionization
Heavier than electric motor metals that weigh over a ton
This has been a chemist, Blackalicious creation
Clean out your desk, put your papers away cause class in almost done

This is chemistry plus calisthenics
I’m calcium plus potassium, magnesium, newspaper of sodium, sulfate
Your solvent, chloroform, remedy from the norm
glycerin, purest form Titanium
there is no way out, when this newfy is out
of all arms vibration, forming in a nigga
some bleachin’ to teach ya religious is equal to pieces of meteor
Eager to be here or is it, can see here I know all of all
I’ma pickin’ up pretty little Cindy
I’m more, I’m thinkin of more,
I’m cookin a potion!