Petite cosmogonie portative

Rayond Queneau« Les nuages se gonflaient chacun à sa façon

l’un était plein d’azote et l’autre de solon

un troisième intrépide avait choisi l’argon

de petits cumuli s’éclairaient au néon

de modestes Kryptons voyaient trente six chandelles

et le xénon n’avait que peu d’identité

le chlore coloré colérait l’hydrogène

tandis que le fluor en esprit virulent

attendait feux et flamme et de faire des spaths

et le mi-tout c’était le poumon oxygène

 

–       Raymond Queneau, Petite cosmogonie portative, Gallimard, 1950.

Une réflexion sur “Petite cosmogonie portative

  1. Pingback: Petite cosmogonie portative | C@fé des S...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s