Le scout atomique

Vous n’en avez probablement jamais entendu parler, mais les américains eux, connaissent tous le « Radioactive Boy Scout ». Je préfère vous prévenir, vous ne verrez plus jamais les scouts de la même manière !

L’histoire se déroula il y a environ 20 ans, dans le Michigan. David, 15 ans, essaie d’obtenir son badge du mérite de l’énergie atomique de boyscout. On lui a offert quelques années auparavant The Golden Book of Chemistry Experiments, livre à l’origine de sa passion pour les sciences.

atomic energy badge

Bon, ça commence par quelques petits essais dans la cave qui finissent logiquement par … une explosion. Il décide alors, purement et simplement, de « s’attaquer » à la radioactivité et la fabrication d’une pile atomique.

Alors, vous devez surement vous dire « oui, mais c’est compliqué, il n’a pas accès à tous les composants… il faut du matériel… » et vous n’auriez pas tort !! Sauf que David est – légèrement – monomaniaque, et qu’il passe tout son temps sur ce projet.

(Les « ingrédients » sont l’américium 241, le radium 226, l’uranium 238 & 235, le thorium 232, le béryllium et l’aluminium. Mais certains sites vous proposent même un tutoriel version recette de cuisine !).

Loin de manquer d’imagination, reconnaissons le, il parvient à obtenir tous les ‘ingrédients’. Notamment en se faisant passer pour un physicien auprès de la NRC (Nuclear Regulatory Commission) ou en obtenant de l’américium 241 dans une centaine de détecteurs de fumée cassés (le tout donné pour 1$ par la compagnie pour son ‘projet scolaire’)
Il a quand même de la suite dans les idées ! Mais ses parents ne se posent pas de questions lorsqu’ils le voient ‘jouer’ dans le garage avec un masque à gaz sur le visage… ?? (moue dubitative… )

Cela lui aura pris deux ans, mais au final, David obtient une pile nucléaire vraiment très radioactive au point qDavid en 2007ue cela a coûté 60,000$ pour nettoyer la zone et enfouir ces déchets…

Bon laissons lui le bénéfice du doute… ce n’était qu’un gosse qui ne réalisait pas ce qu’il faisait…
Sauf que, sauf que… il récidiva ! à 37 ans ce cher David a – encore – été arrêté pour avoir volé des détecteurs de fumée. Et apparemment, cela faisait un petit moment qu’il s’y était remis vu les marques sur son visage…

Aujourd’hui, il a été diagnostiqué schizophrène avec désordre bi-polaire… Ceci dit, il va beaucoup mieux depuis qu’il est soigné mais garde son envie d’explorer les sciences. Que pourrait-il bien nous concocter la prochaine fois ?

L’Américium

Il appartient à la famille des actinides (si ça ne vous dis rien c’est normal). Cet élément artificiel a été découvert en 1944 aux États-Unis, d’où son nom, à l’Université de Chicago. On part pour l’obtenir du plutonium 239 qui passe successivement aux états 240 puis 241 pour enfin former l’un des 18 isotopes de l’Américium, le 241.

Les yeux d’Elsa

« J’ai retiré ce radium de la pechblendeLouis Aragon

Et j’ai brulé mes doigts à ce feu défendu

Ô paradis cent fois retrouvé reperdu

Tes yeux sont mon Pérou ma Golconde mes Indes »

–       Louis Aragon, Les yeux d’Elsa, 1942.

The Atomic Age

La classe un peu comme nom ! Mais  avant que vous me le demandiez,  non, pas de rapport direct avec les Atomic Kittenprivate joke pour la génération MiniKeums – ni avec The Atomic Mr Basie – Référence pour les anciens. Désolée, je n’ai pas d’exemple pour les moins de 20ans ! les-minikeums

Bref, il y a quelque temps, je vous parlais de la famille Joliot-Curie et de la folie engendrée autour de la radioactivité. Je vais maintenant vous raconter cette histoire.

Il fut un temps pas très lointain où la science était devenue une sorte de religion ; les gens avaient une foi absolue en elle ! Il faut dire aussi qu’à cette époque elle avait permis d’immenses avancées et améliorations dans la qualité de vie. On pensait qu’elle résoudrait tous les problèmes dans le monde. Et puis, c’était l’effervescence ! Imaginez… Becquerel, Rutherford, Curie, Meitner, Einstein, Bohr, Pauli – pour ne citer que les plus célèbres – des génies répartis dans les plus grands laboratoires et universités faisant des pas de géants dans notre connaissance de la physique, de la chimie et du monde !

Mais revenons à notre histoire de radioactivité. Marie et Pierre on donc réussi à isoler le radium qui dévoile progressivement ces propriétés. Curie et Becquerel rédigèrent en 1901 « les effets physiologiques des rayons du radium » et des essais sont réalisés dans des hôpitaux pour les traitements de la peau, du cancer ou de la tuberculose ; qui faisait encore des ravages.

Un prix Nobel plus tard, les industriels s’en sont mêlés et ont ‘surfé sur la vague radioactive’ et plus particulièrement du radium. C’était une véritable mine d’or, tout ce qui était de près ou de – très – loin relié au radium faisait fureur. C’était LE truc à la mode aux propriétés prétendument miraculeuses : curatif, désinfectant, dynamisant, énergisant et que sais-je encore. On en a donc mis de partout… littéralement ! Voici le top des produits les plus improbables :

creme Tho_radia

Les crèmes de beauté : Tho-Radia, Radiocrèmeline, crème Activa, Alpha-Radium… J’en passe et des meilleures ! Une chose est certaine, ils ne manquaient pas d’imagination pour les noms ! Toutes ces crèmes magiques se faisaient une guerre sans merci pour atteindre le porte monnaie des femmes des années 20. Et pour cela, ils ne reculaient devant rien. Ni devant la publicité mensongère – ‘formule du Dr Alfred Curie’ oui, oui, Alfred… non, il n’a pas existé… – ni devant les réclames improbables. A vous de juger !

  • « La science a créé Tho-Radia pour embellir les femmes. A elles d’en profiter. Reste laide qui veut ! ».
  • « on ne vieillit plus, mieux on rajeunit ! ».
  • « porphyrisées par un procédé nouveau procure au visage le velouté mat si apprécié par la femme élégante »

Les préservatifs radioactifs ; pour le garder au chaud ou ancêtre du préservatif phosphorescent ? Question existentielle… ça me taraude !préservatifs

La gaine radioactive ; pour faire griller la graisse je suppose…

Les layettes pour garder bébé au chaud ;  comme c’est… mignon … !

Le jeu « energy atomic lab » pour faire découvrir la radioactivité aux enfants ; avec de réels échantillons radioactifs ! Bon, moi je n’avais que le microscope et les ailles de papillon hein… Je sais, on a tous eu le même.

Atomic_energy_lab

Mais le top du top a été l’EAU RADIOACTIVE ! Cures thermales, émanations, bains, boissons… vous n’aviez que l’embarras du choix.

Rassurez vous, les quantités de radium présentent étaient souvent infimes voire inexistantes. Ce n’était qu’un ‘coup marketing’. Cette folie s’est bien entendue calmée lorsque les effets néfastes du radium ont été remarqués mais le terme « d’Atomic Age » date en réalité des années 50.

Donc oui maintenant on a les OGM, les nanotechnologies et les jouets chinois… mais non Mamie, tout n’était pas mieux autrefois !

Pour encore plus d’exemple de publicité radioactive, allez ici: http://www.dissident-media.org/infonucleaire/radieux.html

Et si tu veux en savoir plus sur The Atomic Age: http://en.wikipedia.org/wiki/Atomic_Age.

Pierre Marie Irène et Frédéric Joliot-Curie

Episode 1 – La toute première femme

Dans la plupart des familles, les parents et enfants partagent une passion pour la cuisine, les livres, le pictionary ou encore les sorties sportives. Chez les Joliot-Curie, c’est pour la radioactivité et les prix Nobel… on n’a pas les mêmes valeurs que voulez-vous.
Marie Curie
Tout le monde connaît leurs noms, souvent donnés à des établissements scolaires, mais les collégiens/lycéens qui y étudient connaissent-ils réellement l’histoire de ces illustres scientifiques ?

Je dirais que tout commence avec Marie. Alors que le début du XXe siècle est marqué par une réelle expansion de la science, les femmes restent en marge de cet engouement. L’accès à l’enseignement supérieur, et d’autant plus aux sciences, leur est très restreint. Cela ne l’empêcha pas pour autant d’être la première femme à obtenir le prix Nobel pour la découverte du radium… Deux fois ! Mais cela n’aurait pas été permis si son époux Pierre Curie ne s’en été pas mêlé. Seriez-vous surpris d’apprendre que l’Académie des Sciences n’avait initialement mentionné qu’Henri Becquerel et Pierre pour le Nobel de la découverte du polonium et du radium ? Je ne le suis pas… Bref, les petites jalousies et mesquineries ne pouvaient atteindre ce couple légendaire !

L’apprentissage façon Curie

Entre donc en scène Pierre Curie. Lui aussi est loin d’être banal… rêveur et sensible, l’école ne lui sied guère. Qu’à cela ne tienne ! Sa famille l’a instruit… à hauteur de deux heures par jour ! Quel gosse n’en a pas rêvé…? Ce « doux entêté », comme l’appelle ça famille, s’approche parfois plus du philosophe que du physicien.

« C’est en mon imagination que j’aurai le plus confiance pour me tirer de l’ornière, mais j’ai bien peur qu’elle ne soit morte. » Pierre Curie par Marie Curie.

Certes, l’enseignement était très différent à l’époque, mais cette famille Curie semblait quand même avoir sa propre vision des choses. Car par la suite Marie, alors devenue veuve, refusa d’envoyer sa fille Irène au collège mais organisa pendant deux ans une sorte de coopérative d’enseignement où les enfants expérimentaient les sciences et la physique sous sa surveillance ! De toute évidence, cette méthode porta ses fruits puisqu’Irène, à son tour, obtient un prix Nobel.

Voici d’ailleurs une citation de Marie, rédigée par sa fille Eve dans l’ouvrage Madame Curie, à transposer avec notre méthode d’apprentissage actuel…

« Figure-toi, que j’apprends la chimie dans un livre ! Tu imagines le peu que cela m’apporte, mais que faire, puisque je n’ai pas où faire des travaux pratiques et des expériences. »

*sources: http://mariecurie.science.gouv.fr/portrait/portrait1_1.php