Baptiste Rouveure, le conteur d’Atome Hotel

Kevin Brunet, opérateur image et Baptiste Rouveure / Photo de Benoit Charlot, épreuve argentique.

C’est en passionné de cinéma, que Baptiste Rouveure réalise rapidement ses premiers courts-métrages. Une maîtrise de cinéma obtenue à Paris I – Sorbonne, et de multiples expériences avec l’image (fiction, clip, photo, documentaire…) jalonnent son parcours autodidacte. A travers ses réalisations, c’est une approche humaniste où le goût du portrait tient une place de choix. Aujourd’hui Baptiste continue de développer des films de courts et longs métrages mais aussi des films promotionnels pour des noms prestigieux.

Réalisateur des 30 documentaires de la Saison 1 d’Atome Hôtel, Baptiste Rouveure nous explique sa vision du projet à un mois du lancement.

COMMENT AS-TU ACCUEILLI LA PROPOSITION DE RÉALISATION D’ATOME HÔTEL ?

Venant de filières humaines et sociales, mettre en scène un web documentaire au label scientifique avec un œil profane, se révélait être un véritable défi… et aussi un jeu : rendre attrayant ce qui m’était rédhibitoire dans ces salles de classes de chimie et physique au collège !

Extrait de l’épisode Mendélévium

COMMENT AS-TU ABORDÉ L’ÉCRITURE DES 30 FILMS ?

L’ambition pour ces épisodes est de faire oublier que l’on est dans un documentaire scientifique éducatif. Je viens d’une culture cinématographique que j’essaie de transposer dans le webdoc. La volonté est d’offrir de l’élégance par le cadre, la musique, la lumière, la voix off, qui accompagnent et illustrent une rigueur scientifique. Pour cela Atome Hotel a bénéficié de formidables techniciens qui ont pris part et corps à l’aventure pour délivrer une partition de belle tenue.

Extrait de l’épisode Carbone

QUEL EST TON MEILLEUR SOUVENIR DE TOURNAGE ?

Chaque tournage est une somme de découvertes humaines et de lieux grandioses : anciennes mines fantômes de Langban en Suède, Observatoire de Haute Provence caché au milieu de chênes, l’immense et majestueux hall du Palais de la découverte à Paris… Ces différents lieux aussi improbables que beaux, font désormais parti d’Atome Hôtel et sont de véritables acteurs dans les films aux côtés d’intervenants passionnés et passionnants rencontrés lors des tournages.

Extrait RoadTrip Diamantaire

COMMENT IMAGINES TU LA SUITE D’ATOME HÔTEL ?

Atome Hôtel est en marche et s’est donné pour ligne de conduite de divertir autant que de délivrer de l’information de qualité. De nombreuses chambres d’atomes sont à compléter et c’est dans cette perspective que Atome Hôtel devra retrousser ses manches afin de compléter ces informations « atomiques » et satisfaire ainsi le plus grand nombre.

Et ce tableau ne pourra se développer que s’il trouve écho auprès d’internautes de tous bords. Au plus les scientifiques en herbe ou confirmés, curieux et érudits prendront part à l’aventure, au plus cet Atome Hôtel rayonnera et partagera son savoir et ses richesses scientifiques. J’espère que la campagne de crowdfunfing nous permettra de nous projeter sur les atomes de la Saison 2.

Extrait de l’épisode Bérylium 10

LE SITE DE BAPTISTE ROUVEURE
www.baptisterouveure.com

Les 5 choses à savoir sur Atome Hôtel

02Ecrans.Intro.ATOMES_bandeau

N°1 / ATOME HÔTEL ? 

C’est le web-documentaire présenté par Dmitri Mendeleïev himself qui vous parle des atomes avec un grand A en allant à la rencontre des scientifiques de France et d’Europe. Chercheurs et ingénieurs vous dévoilent les propriétés de chaque atome pour que le tableau périodique des éléments n’ait plus aucun secret pour vous.

N° 2 / LE 7 OCTOBRE 2015 ?

C’est la grande ouverture d’ATOME HÔTEL sur les plateformes de Francetv Éducation et Universcience. Vous pourrez alors naviguer, surfer, apprendre et comprendre le pourquoi du comment du qui-que-quoi-où. Courts documentaires, petits objets multimédia et applications ludiques vous donnent rendez-vous pour aller plus loin.

N°3 / LA SAISON 1 ? 

C’est l’arrivée des 40 premiers atomes dans leur chambre respective. Il restera donc 78 éléments atomiques à intégrer lors des 2 prochaines saisons. En attendant l’achèvement des ces 3 saisons, toute l’équipe d’ATOME HÔTEL, à commencer par Thierry Brassac, directeur du Service Culture Scientifique de l’université de Montpellier, vous invite à vous immerger dans l’univers de Dmitri.

N°4 / LE 7 SEPTEMBRE 2015 ?

C’est le lancement d’un crowdfunding qui nous permettra d’aller plus loin dans l’aventure d’ATOME HÔTEL. Notre objectif est de pouvoir développer les 2 prochaines saisons afin de faire d’ATOME HÔTEL un projet audiovisuel incontournable de culture scientifique.

N°5 / L’ATOMIK MANIA ? 

C’est le tournoi d’atomes qui vous fait découvrir les illustrations du graphiste d’ATOME HÔTEL, Loguy, en défendant votre préféré. Chaque semaine un duel a lieu sur la page facebook de Dmitri et vos commentaires valent des kopecks.

bandeau_AtomoikMania

Tournage avec des biologistes

La semaine dernière l’équipe d’atome hôtel a exploré une cellule de très très très près !! Les scientifiques que nous sommes aller voir peuvent observer ce qui se passe dans nos cellules à l’échelle moléculaire ! Oui, oui…c’est possible ! Jean-Philippe nous a dévoilé sa technique bien particulière que vous découvrirez bien sûr dans un de nos prochains clips !

IMG_1414      IMG_1416Photos : Léa Cavalin

Fermi et la première pile atomique

On fête aujourd’hui, à 15h25 précises je vous prie, l’anniversaire de la pile atomique du physicien Enrico Fermi. Si le 2 décembre 1942 n’est pas la date de son invention, c’est celle de son premier fonctionnement victorieux.

pile_fermiLa Chicago pile 1

Une pile est un appareil qui transforme l’énergie chimique d’une réaction (chimique donc) en énergie électrique. Une pile atomique transforme, elle, l’énergie des atomes. Ça n’a pas l’air bien dangereux ? C’est aujourd’hui appelé un réacteur nucléaire, et c’est ce qui servit de base à la fabrication de la bombe atomique.

Fermi et compagnie ont expérimentés ce qui sera appelé la Chicago-pile 1 au cœur de cette ville, dans une salle de jeu de raquette abandonnée, sous les gradins d’un stade de foot de l’université. Cette pile fonctionne grâce à l’énergie dégagée par la fission d’atomes. Phénomène lors duquel le noyau d’un atome lourd, un gros noyau qui contient beaucoup de neutrons et de protons, se divise en plusieurs noyaux plus légers en émettant un (ou plusieurs) neutrons et une forte énergie. Energie, le mot magique ! Il s’agissait donc de provoquer cette réaction, en chaîne, et d’en récupérer l’énergie dégagée.

Enrico Fermi pensait avoir trouvé comment fissionner de l’uranium en chaîne. Ce qui dégage une forte chaleur. Pour éviter un échauffement trop important, il faut un « stoppeur de neutrons ». Dans le jargon on appel ça un modérateur. Fermi and co ont utilisé du graphite, un minéral de carbone. Leur pile était donc ainsi constituée : un  « coeur » où une réaction en chaîne de fission d’uranium avait lieu et un dispositif de modération. C’était une grande structure en bois qui supportait une pile de bloc de graphite et des briquettes d’oxyde d’uranium. D’une sorte de balcon, les chercheurs pilotaient la pile. Le système était automatisé, mais ils pouvaient stopper la réaction en faisant glisser dans le cœur des barres de graphite. Une grosse barre de sécurité avait été ajouté ; elle était encordée et suspendue au dessus du puits. En cas de défaillance du système, un physicien armé d’une hache pouvait intervenir. Ouf ! Ils pensent à tout ces scientifiques. Tout, sauf aux écrans de protection. Bon, on leur accorde tout de même quelques jours pour expérimenter en irradiant les riverains.

Stade-FermiLes gradins du stade de football américain, leur planque pour oeuvrer

 L’équipe ainsi préparée, démarre sereinement l’expérience dans la matinée. Georges Weil sorti la barre de contrôle du cœur de la pile, et Fermi calculait à tout allure. Ses calculs montraient que l’activité neutronique croissait, se stabilisait puis, automatiquement, les barres de graphite modéraient l’expérience. Tout se déroulait comme prévu, à merveille ! Car si les barres stoppaient la réaction avant même qu’elle aie vraiment pris de l’ampleur, c’est que nos chercheurs avaient établis, par prudence, un niveau d’alerte trop bas. Loin de s’emballer, Fermi réagit peu : « Allons déjeuner » dit-il. Et l’expérience repris quelques heures plus tard.

Georges Weil sorti de nouveau la barre de contrôle, la fission pouvait (re)commencer. Avec un seuil d’alerte augmenté, on laissa la réaction avancer d’elle-même un peu plus longtemps. Les physiciens suivaient attentivement des yeux la courbe que leur donnait le stylo encreur sur le tambour de papier… Se rongeant les ongles jusqu’au sang, ils découvrirent peu à peu une courbe horizontale, sans palier. Pendant 28 minutes, la réaction en chaîne a bien eu lieu ! Dégageant pas moins de…1/2 Watt. 24000 fois plus et ils auraient pu se faire griller un toast. Mais qu’importe, pour la première fois l’Homme avait libéré de l’énergie des atomes, et « allumer un soleil » diront certains journalistes de l’époque. De quoi éclairer les esprits du siècle à venir…

reacteur_ChicagoLa pile vue du balcon

Tournage gourmand

En fin de semaine dernière, malgré une pluie battante et un tonnerre tonitruant, l’équipe d’Atome Hôtel a filé sur le campus de l’Université de Montpellier pour rencontrer Boris. Boris Chenaud est physicien, il aime rangé les atomes en fines couche pour en étudier les électrons et… est un sérieux gourmand. Comme toute l’équipe finalement, qui s’est bien régalée en fin de tournage. On attendra des jours meilleurs, où le soleil de plomb vous fera fuir les places sans ombre pour vous dévoiler sa recette de glace !

IMG_1342

IMG_1359

IMG_1355

Tournage entre Provence et Alaska

L’équipe d’Atome Hôtel franchit les portes de grands laboratoires, pour vous rapporter de belles images et de belles histoires… Pour ne rien gâcher, tout se déroule en Provence sous un soleil radieux !

Elle y rencontre des géologues, fraîchement revenus d’Alaska les poches pleines de roches. Ils les confient à des chimistes qui les réduisent en poudre puis utilisent une bien grande et grosse machine pour étudier le moindre atome…!
Il y en a un qu’ils traquent plus que les autres… La réponse sera dans le docu.

IMG_1201

 

IMG_1198

 

IMG_1210

 

Photo Léa Cavalin

Tournage d’un clip chez un passionné de photo

Cette semaine, le planning des tournages était chargé. Après l’arsenic et le silicium nous sommes partis à la découverte de la passion de Benoît… Amoureux de photo, il nous a initié aux secrets d’anciennes techniques photographiques, les prédécesseurs du numérique.  Aujourd’hui les photos apparaissent comme par magie sur l’écran de votre appareil mais avant c’était une autre histoire !

Comment Benoît capte-t-il la lumière sur du papier photo ? Et quel peut bien être l’atome choisi ?

photo 10

photo 9

photo 11

Photo : Léa Cavalin